Skip to main content

Full text of "Léon X et la fable du Christ"

See other formats


Léon X et la Fable du Christ 



par Enrico Tuccinardi 

enrico.tuccinardi@gmail.com 



Je souhaite remercier Mr. Lino Sanchez ( www.christianism.com ) pour ses conseils bienveillants et 
ses critiques ainsi que Mr. Gys-Leo Devic pour son inestimable aide à la traduction. 

Abstract 

"It has served us well, this myth of Christ." This famous sentence attributed to Léo X is today 
considered an apocryphal quotation, an invention of the English Protestant writer, John Baie. 

This article intends to show that things could very well hâve gone differently. An attempt will be 
made to reconstruct, after almost five centuries, the route by which this astonishing sentence, ostensibly 
emanating from Léo X, could hâve arrived from Pietro Bembo to John Baie, and ultimately to the world at 
large. 

This analysis will lead the reader into the midst of the Humanism of the first half of the Sixteenth 
Century, a unique period, where the artistic and cultural Renaissance was blended with Catholicism, finding 
support and encouragement in its own political centre, the Roman Papacy. This phenomenon constituted a 
full-fledged oxymoron that ultimately fomented the Protestant Reformation. And it's there, in the very heart 
of Protestantism, to Melanchthon and even to Luther, that this research on the origins of Léo X's famous 
anecdote will lead the reader. 

Résumé 

"On sait depuis des siècles combien cette fable du Christ a été profitable à nous et aux nôtres. " 
La célèbre phrase de Léon X sur la "fable du Christ" est aujourd'hui considérée comme une citation 
apocryphe, une invention de l'écrivain protestant anglais, John Baie (1495-1563). 

Cet article vise à montrer que, vraisemblablement, les choses se passèrent de manière différente. 
Nous essaierons de reconstituer, après cinq siècles environ, l'enchaînement de la transmission de 
l'incroyable déclaration de Léon X, de Pietro Bembo à John Baie. 

Notre étude nous mènera dans l'humanisme de la première moitié du XVI e siècle, une période 
unique, où la renaissance des arts et de la culture se mélangea avec le catholicisme, en trouvant appui et 
soutien dans son centre politique, la papauté romaine. Un 'oxymore' qui devait générer peu après la Réforme 
protestante. Et c'est là, au cœur même du protestantisme, à Melanchthon et même à Luther, que nous 
conduira notre recherche sur les origines de cette célèbre anecdote. 

1) La transmission de l'anecdote 

'Quantum nobis ac nostro coetui profuerit ea de Christo fabula, satis est seculis 
omnibus notum.' 

La citation, attribuée au pape Léon X [Second fils de Laurent de Médicis, dit le 
Magnifique", né à Florence en 1475, Jean de Médicis fut élu pape en 1513, succédant à Jules II. Il 
est mort en 1521], a fait couler beaucoup d'encre pendant quatre siècles. 

Pierre Bayle (4) écrivait : 

On dit qu 'il traita de fable la doctrine chrétienne. 

La tradition est qu 'ayant ouï alléguer à son secrétaire Bembo quelque chose de l 'Evangile, il lui 
répondit : on sait de temps immémorial combien cette fable de Jésus-Christ nous a été profitable, 
'quantum nobis nostrisque ea de Christo fabula profuit satis est omnibus seculis notum '. On voit ce 

1 



conte dans le Mystère d'Iniquité et dans une infinité d'autres livres, toujours sans être muni de 
citation, ou n 'ayant pour toute preuve que l 'autorité de Baleus : de sorte que trois ou quatre cents 
auteurs plus ou moins, qui ont débité cela en se copiant les uns les autres, doivent être réduits à un 
seul témoin qui est Baleus, témoin manifestement récusable, puisqu 'il écrivait en guerre ouverte 
contre le pape et contre toute l 'église romaine. Il n'y a point de tribunaux dans le monde qui 
reçussent les dépositions d'un pareil témoin, jurant qu'il a vu, ou qu'il a ouï ; car dès qu'il 
apparaîtrait de la guerre ouverte où il vivrait avec celui contre lequel il déposerait, on déclarerait 
valables les récusations de l 'accusé. Puis donc que les livres de controverse sont les pièces que les 
parties produisent dans un procès qui se plaide devant le public, il est sûr que le témoignage d'un 
controversiste protestant sur un fait qui flétrit les papes, ni le témoignage d'un controversiste 
papiste sur un fait qui flétrit les réformateurs, ne doivent être comptés pour rien. Le public, juge 
choisi du procès, doit mettre à néant tous ces témoignages, et n 'y avoir pas plus d'égard qu 'aux 
choses non avenues. Il est permis aux particuliers, s'ils sont une fois bien persuadés de la probité 
de Baleus, de croire ce qu 'il affirme ; mais il faut garder sa persuasion pour soi-même, il ne la faut 
point produire aux yeux du public comme une pièce justificative de ses prétentions contre sa partie. 
C'est à quoi on ne prend pas assez garde, ce me semble. 

Pierre Bayle écrivait au XVII e siècle, mais son opinion est très actuelle et coïncide avec celle 
communément acceptée aujourd'hui, et pour les mêmes motivations : qu'il s'agit d'une citation 
apocryphe qui a comme origine le théologien et écrivain anglais John Baie 1 . 

Et pourtant, avant de récuser ce témoignage, nous jugeons nécessaire d'approfondir la 
question en essayant d'aller au-delà du témoignage de John Baie, où, comme il le semble, la plupart 
de ceux qui ont traité cette affaire se sont arrêtés. 

Pour vérifier l'authenticité de la célèbre expression que le pape Léon X aurait dite à Pietro 
Bembo, on ne peut ignorer le contexte historique assez particulier (l'Humanisme du XVI e siècle) 
dans lequel ont vécu les personnages impliqués. Cela pour comprendre de quelle manière et s'il est 
possible que cette anecdote ait pu être entendue par John Baie. 

Si Baie fut vraiment le premier à mentionner cette anecdote, en supposant que l'auteur 
protestant anglais n'ait pas tout simplement inventé cette histoire, il faut envisager de quelle 
manière il aurait pu en prendre connaissance avant de la mettre par écrit. 

La première fois que Baie la mentionne, c'est dans l'ouvrage Scriptorum illustrium maioris 
Brytanniae paru à Bâle en septembre 1557. Un an plus tard, il recueillit les vies des papes contenues 
dans l'ouvrage publié auparavant et les publia d'une manière organique dans les Acta Romanorum 
pontificum. Dans ces deux ouvrages, nous lisons l'anecdote relatée ainsi 2 : 

Proponenti enim semel Cardinali Bembo quiddam ex laeto illo Dei nuncio, dissolute 
respondebat: quantum nobis ac nostro coetui profitent ea de Christo fabula, satis est seculis 
omnibus notum. Sceleratissimus nebulo propalam expressif, se antichristum illum esse quem Paulus 
peccati hominem ac perditionis fïlium vocat. 

Un jour, lorsque le cardinal Bembo allait donner une explication concernant l 'heureux message de 
Dieu, il (Léon X) répondit d'une manière honteuse : « On sait depuis des siècles combien cette fable 
du Christ a été profitable à nous et aux nôtres. » Ce grand scélérat déclarait ouvertement qu 'il était 
V Antichrist, celui que Paul appelle un homme du péché et le fils de perdition. 

Dans ce passage, nous constatons que Baie appelle Bembo cardinal, fonction qui, pour 
certains, serait une preuve convaincante pour affirmer l'absence de crédibilité de l'anecdote et son 



1 Voir Knowles (23, p. 110) 

2 (5) Centuria Octava, p.636, (6) p. 382. 



invention par Baie, ayant pour but de calomnier l'église catholique. Il est bien connu que 
l'humaniste Pietro Bembo (1470-1547) fut, avec le grand érudit latin et ami Jacopo Sadolet (1477- 
1547), secrétaire du pape Léon X pendant la presque totalité de son pontificat (1513-1521) et 
jusqu'à la mort du pape (1521). Pietro Bembo recevra le titre de cardinal seulement en 1539 par 
Paul III et par conséquent du temps de Léon X, il n'était pas cardinal. 

Mais en lisant le passage de l'auteur anglais, nous voyons que si Baie est amené à appeler 
Bembo cardinal, ce pourrait tout simplement signifier que lorsque John Baie apprit l'anecdote, 
Bembo était en fait cardinal et que Baie connut cette affaire après 1539. 

Il est alors important de comprendre où résidait Baie pendant et après cette époque. 

Citons Jesse W. Harris : 3 

Pour échapper aux persécutions des évêques, Baie s'enfuit avec sa famille en Allemagne du Sud. 

S'il est vrai que Baie a visité les villes suisses nommées ci-dessus, il n'est pas du tout certain qu'il y 
ait résidé régulièrement de 1543 à 1545. Au contraire, il a probablement habité durant cette 
période dans les villes de l'Allemagne du Nord et à Anvers. En Allemagne du Sud, Baie est entré en 
contact direct avec le luthéranisme. Luther lui-même était encore en vie lorsque Baie arriva sur le 
continent. 

Baie a probablement eu des contacts avec des réformateurs continentaux tels que Melanchthon, 
Gesner, et d'autres. Avec ces derniers, il a correspondu après son retour chez lui. 

Baie fut donc en Europe dans la période comprise entre 1540 et 1547 (alors que Bembo était 
cardinal), principalement en Allemagne, en relation directe avec les réformateurs les plus célèbres 
de son temps, y compris Philippe Melanchthon (1497-1560), 'le plus savant d'Allemagne et en 
autres lieux encore ayant peu d'égaux' comme dit de lui, Gerolamo Rorario dans une lettre au 
cardinal Verulano 4 , appréciation d'autant plus honnête car elle émane d'un catholique à propos d'un 
protestant. Et s' agissant de Melanchthon, il convient de bien noter, étant donné que dans la préface 
de ses Acta Romanorum Pontificum, c'est bien Melanchthon que John Baie remercie pour 
l'hospitalité qu'il lui avait accordée à Wittenberg pendant son exil 5 . 

Mais il y a davantage. Entre 1543 et 1545, nous trouvons aussi en Allemagne à Wittenberg 
avec Melanchthon 6 , le grand réformateur hongrois, Stephanus Kis (1515-1572) nommé Szegedinus. 
Kis est l'auteur du Spéculum Pontificum Romanorum, ouvrage peu différent de celui écrit par Baie 
sur la papauté et publié après sa mort à Bâle en 1584. Dans ce travail, de manière surprenante, nous 
trouvons l'histoire de Léon X 7 dans des termes presque identiques à ceux utilisés par Baie. 

Proponenti semel Cardinali Bembo quiddam ex laeto illo Dei nuncio, dissolute 
respondebat: quantum nobis ac nostro coetui profuerit ea de Christo fabula, satis est seculis 
omnibus notum. Hic sceleratissimus nebulo palam hac voce expressit, se Antichristum illum esse 
quem Paulus peccati hominem ac perditionis filium vocat. Hic nec coelum, nec infèros post hanc 
vitam esse credebat. 



3 (21, pp.31-32) 

4 Cantù (15, vol.3),. 

Tum, Philippe, tuam comitatem singularem facilitatem miram, obvia et paratissimam bene morendi voluntatem 
praedicant. Nec ibs ad re. Nam e domi omni humanitatis génère prosequeris etforis etiam praedicatione tua literisque 
amantissimis luctates saepe et fluctuâtes sublevas, non enim obscuru est, quid apud Vuesfaliensem senatum anglorum 
nomine egeris. 

6 Voir Schaff (30, vol.6 p. 347). 

7 Kis (22, pp. 73-74, Léo X blasphemus) 



Les deux seuls auteurs qui mentionnent l'anecdote concernant le pape Léon X, Baie et Kis, 
l'un anglais, l'autre hongrois, se trouvent tous deux en contact avec Philippe Melanchthon à 
Wittenberg pendant la même période. La coïncidence est intéressante et nous oblige à approfondir 
la question. 

Comment ne pas penser à Melanchthon, le plus illustre disciple de Luther, l'un des plus 
grands érudits de son temps, comme auteur de l'anecdote sur la 'fable du Christ'. 

Dans les nombreux ouvrages (y compris ses lettres), publiés par Melanchthon, il n'y a 
aucune trace directe relative à l'épisode concernant Léon X et relaté par Baie et Kis, mais on en 
trouve mention dans 'Philippi Melanthonis, Opéra quae super sunt omnia, vol. xx', d'une collection 
d'histoires de Melanchthon intitulée Historiae quaedam recitate inter publicas lectiones, que les 
auteurs de l'ouvrage nous disent se trouver dans un code manuscrit de la bibliothèque ducale 
Guelferhytana. 

La description du code est la suivante 8 : 

Hic Codex chartaceus num.21. quatern. Continet 88 folia non num.; fol.l" in med. exhibet nonnisi 
haec verba: Wericus Vendenhaimer Noribergensis Anno 1557; fol.l vacat ; fol.2 a init. cont. hanc 
inscriptionem: Historiae quaedam recitatae a praeceptore <?> Mel. inter publicas lectiones; fol. 2 
vacat ; fol. 3 a -87 a exhibent 304 historias numeris romanis, qui dicuntur, signatas ; fol. 87" 88 4 
carmina continet. 

Ainsi le manuscrit fut écrit par un disciple de Melanchthon, Werich Vendenheimer en 1557, 
et il s'agit d'une collection d'histoires de Melanchthon rapportées d'après ses cours publics. 
Ce que nous lisons au numéro 48 est étonnant. 

XLIII. Papa quondam dixit ad Bembum : O Bembe, nescis, quanta illa fabula de Christo nobis 
profiierit ? 

XLIII. Oh Bembo, ne sais-tu pas combien cette fable du Christ nous a été profitable ? 

Voici la confirmation de ce nous avons suggéré auparavant. 

Il faut attribuer l'origine de l'anecdote à Melanchthon, personnage bien plus important que 
John Baie. Avec l'ouvrage de Baie (5), cette mention dans le manuscrit de 1557 (qui est bien 
entendu la date à laquelle Vendenheimer écrit les histoires de son maître) représente la trace la plus 
ancienne de l'anecdote. 

Nous allons tout de suite analyser de plus près la citation de Melanchthon. 
Nous observons d'abord que Melanchthon nomme Bembo par son nom sans lui donner 
l'anachronique titre de cardinal. Nous notons également que la terminologie utilisée par 
Melanchthon est différente de celle de Kis et de Baie qui nous exposent l'histoire presque avec les 
mêmes mots. En outre, la lecture de l'histoire de Baie et de Kis ne peut que nous étonner. Nous 
voyons en effet Bembo en train d'expliquer à Léon X un passage concernant le joyeux message de 
Dieu (l'Évangile ?), lorsque sans raison apparente, le pape dit la célèbre phrase : 

On sait depuis des siècles combien cette fable du Christ a été profitable à nous et aux nôtres. 

L'enchaînement logique de l'anecdote de Melanchthon ne pouvait pas être ainsi. 



'Voir (12, pp.519-520) 



L'impression est qu'elle fut retravaillée par Baie et Kis, avec un peu d'imagination et selon les 
souvenirs d'une anecdote relatée par Melanchthon pendant ses cours, après quoi l'un a copié l'autre 
sans le citer, mais en sachant que la source originelle était Melanchthon qui, comme nous 
préciserons par la suite, ne voulait probablement pas être cité. 

Pour ceux qui connaissent au moins de nom, le grand humaniste et mécène, mais déplorable 
catholique, que fut Léon X, il ne devrait pas être difficile de comprendre précisément à quoi faisait 
allusion le pape à travers cette phrase. Quelque chose qui n'a rien à voir avec le joyeux message de 
Dieu : le marché honteux des indulgences, la grande ignominie de l'Eglise catholique. Il ne faut pas 
oublier que Léon X fut le pape qui, par son comportement effronté, ouvrit la voie à la Réforme 
protestante. La goutte d'eau qui fit déborder le vase fut la bulle papale que Léon X promulgua le 18 
octobre 1517 dont le contenu, en dépit de son évidente importance historique, est presque oublié. 9 

La bulle devrait se trouver dans le volume 5 du Bullarum Diplomatum et privilegiorum 
sanctorum romanorum Pontificum, édition de Tourin du 1860, mais elle a été opportunément omise 
et pour la retrouver, il faut se référer à l'édition du Luxembourg de 1727. 

Il y est dit qu'ayant besoin d'argent pour achever la construction de la basilique Saint-Pierre 
et pour que le monde chrétien tout entier contribue à élever ce monument au prince des Apôtres, le 
pape conférerait le droit de distribuer des indulgences aux fidèles et à recueillir l'argent en le 
remettant au frère Christophoro de Forli, cardinal de Sainte Marie in Ara Coeli. Par la suite, le pape 
donnait au cardinal et à ceux qui étaient délégués par lui en Italie, en France, en Allemagne, en 
Espagne et ailleurs, le droit d'accorder, par l'aumône volontaire avec prix à déterminer, les 
indulgences pour les vivants et pour les morts, l'absolution et la rémission des péchés, en particulier 
pour les crimes de simonie, d'homicide volontaire, pourvu qu'elles fussent accomplies secrètement, 
avec la possibilité de dispenser l'assassin des irrégularités canoniques dans lesquelles il se serait 
engagé s'il avait aspiré aux Ordres sacrés ou aux bénéfices ecclésiastiques. Et encore absolution 
pour les usuriers, les voleurs, les escrocs, pour tous ceux qui s'étaient enrichis par des moyens 
illicites ou qui avaient usurpé des choses, avec recommandation d'estimer les valeurs 
approximatives de ces fraudes en vue d'imposer des contributions financières similaires au pénitent. 
Absolution à ceux qui avaient été reconnus coupables de fornication, y compris l'inceste à condition 
qu'il ne fût pas public et scandaleux, et beaucoup d'autres choses encore. 

La magnificence de sa cour exigeant beaucoup d'argent, quel meilleur moyen que la vente 
des indulgences de la part d'un pape athée pour engraisser les caisses du Vatican ? 

Carlo Botta citant Léon X : 10 

Léon X était un homme aimant une vie grandiose plutôt que scrupuleuse, enclin aux choses 
matérielles plutôt qu 'ecclésiastiques et promoteur de la liberté de pensée et du délaissement des 
coutumes : il n 'y 'avait dans le monde entier de cour plus aimable que la sienne, mais également il 
ne considérait pas plus qu 'ailleurs, certaines choses vénérables et saintes. Léon X rassembla les 
meilleurs écrivains et les artistes les plus célèbres en les protégeant sous son autorité, en les 
encourageant avec ses paroles, en les soutenant avec son libéralisme : jamais tant de sagesse fut 
observée et réunie avec autant de goût. 

On ne peut nier que l'âge de Léon X s'inspirait beaucoup du monde romain, en particulier de 
l'époque d'Auguste. Il a beaucoup compté, et il se peut définir le promoteur de cette gentillesse de 
manières où les générations d'aujourd'hui se reconnaissent : ce siècle que le pape Léon X a formé 
en grande partie par lui-même, nous a dépouillés de la rugueuse écorce qui nous enveloppait 



9 Et pourtant, il devrait être étudié dans les écoles. 



10 (llp.561). 



depuis le Moyen Age. Nous lui sommes redevables de la civilisation moderne, étant le successeur 
du travail entrepris par le grand triumvirat de Dante, Pétrarque et Boccace. 

Et pourtant il n'y a rien d'étonnant à ce que ce pape ait pu dire à son secrétaire et grand 
humaniste Pietro Bembo, la célèbre phrase au sujet de la 'fabula de Christo'. 




Portrait de Léon X avec deux cardinaux 

Raphaël 

Galerie des Offices, Florence 



L'anecdote de Melanchthon était clairement liée au marché honteux des indulgences 11 , mais 
que dire de la phrase qui précède immédiatement le passage où nous voyons Bembo donner une 
explication au sujet de l'Evangile ? Cette phrase, citée peut-être de mémoire par Baie ou Kis, faisait- 
elle allusion à autre chose ? 

C'est ce que nous croyons et il est possible de la découvrir dans l'ouvrage De papa romano 
libri decem de Sibrandus Lubbertus publié en 1594 où nous trouvons le récit de ce qui pourrait être 
en fait le texte originel de Melanchthon. On peut y lire 12 : 

Idem Papa prosternit se quidem ante imaginem Christi, sed omnem doctrinam de Christho habet 
pro fabula. Léo decimus cum admiraretur pecuniam ex indulgentiis collectam, dixit ad Bembum, O 
Bembe, quantum nobis profuit fabula de Christo. Idem, cum Bembo aliquem locum ex novo 
testamento ad eum consolandum adduceret, dixit, Appage istas nugas de Christo. 

Ce même pape se prosternait devant l'image du Christ, mais il considérait comme une fable toute la 
doctrine du Christ. Léon X en admirant l'argent collecté par les indulgences, dit à Bembo : Oh 
Bembo, combien cette fable du Christ nous a été profitable. De même, lorsque Bembo cita pour le 
conforter un passage du Nouveau Testament, il lui dit : Arrêtez-vous avec ces bêtises sur le Christ. 



11 II faut dire que Alsted (3) dans la chronologie de son encyclopédie du XVII e siècle inséra l'anecdote en 1513 où on 
peut lire : Pontifex Rom. In colloquio Bembi Euangelium est fabula de Christo. 

12 (26, Liber X, p.908) 

6 



Nous remarquons que le vocabulaire de Lubbertus est presque identique à celui-ci utilisé par 
Melanchthon. La suite logique du passage est aussi beaucoup plus cohérente que celles relevées 
chez Kis et Baie. Lorsque Bembo se réfère à un passage dans le Nouveau Testament pour conforter 
Léon X, il ne répond pas avec la 'fabula de Christo', mais avec la non moins choquante, mais 
beaucoup plus logique 'Appage istas nugas de Christo'. 

Enfin, il est intéressant d'attirer l'attention sur l'une des plus anciennes références possibles à 
l'épigramme de Léon X du point de vue catholique. 

Johann Paul Windeck 13 déclare : 

Hac clarissima nostrae doctrinae professione evanescunt malitiosae et diabolicae calumniae 
effrontis scurrae Lutheri. Nam citra omnem ingenui animi pudorem, sola mentiendi libidine 
incitatus, haec portenta de nobis confinxit, et coram toto mundo traduxit: Christum pro solo 
peccato Originali mortuu esse: Papistas Christum pro fabula habere etc. 

Grâce à cette exposition claire de notre doctrine, les calomnies diaboliques et malicieuses de 
Luther, ce bouffon impertinent, vont disparaître. En fait, au-delà de toute honte et excité seulement 
par le désir de mentir, il construit ces inventions sur nous et il les propagea publiquement dans le 
monde : à savoir que le Christ est mort seulement à cause du péché originel, que les papistes 
considèrent le Christ comme une fable, etc. 

Ainsi selon Luther, les papistes considéraient le Christ comme une fable. 
N'y a-t-il pas dans cette phrase une référence à la célèbre anecdote ? Est-ce que Luther lui-même l'a 
connue ? 

Il n'y a pas de référence à Bembo ou à Léon X, mais c'est également une déclaration très 
intéressante, surtout en considérant que la source de l'épigramme sur Léon X pourrait être 
Melanchthon, le plus grand disciple de Luther. 

Mais si c'est à Melanchthon et non à Baie qu'il faut attribuer la paternité de l'anecdote 
concernant Léon X, le problème est simplement décalé. C'est-à-dire: de quelle manière cette histoire 
de Léon X peut-elle avoir été portée aux oreilles de Melanchthon ? 

Il convient alors de concentrer notre attention sur les protagonistes de l'anecdote, à savoir 
Léon X et Pietro Bembo. Il est évident que la seule personne qui put avoir connaissance de cette 
histoire ne peut être que le grand humaniste vénitien, Pietro Bembo, à moins qu'une tierce personne 
n'ait entendu la conversation entre les deux, une personne telle que Jacopo Sadolet, secrétaire de 
Léon X et ami proche de Bembo depuis toujours. 

Mais quelle était l'attitude de Bembo envers le pape Léon X ? 

Ecoutons Vittorio Cian: 14 

Le dixième de Juin de l'année 1524, il (Bembo) écrivait au cardinal Innocenzo Cibô, légat papal à 
Bologne : "Beaucoup des tristes choses eurent lieu peu de temps après (c'est à dire après son 
départ de Rome): la mort de Léon, la vacance de la papauté et après, sa plénitude qui fut encore 
pire que la vacance n 'avait été. " En affirmant que le pontificat d'Adrien fut encore pire que la 
vacance du Saint-Siège qui l'avait précédé, Bembo jetait une outrageante calomnie envers le, non 
grand, mais bon et pieux pontife flamand. Il doit bien savoir que l'intervalle entre la mort de Léon X 
(1er décembre 1521) et l'entrée d'Adrien à Rome (29 août 1523) avait marqué une des plus tristes 

13 (33, p.7) 
14 (16,p.l9) 



pages de l'histoire italienne de cette époque. Mais une pareille opinion, bien qu'injustement 
exagérée, ne doit pas nous étonner, car il y a des causes multiples et bien connues qui nous 
permettent de l'expliquer et, dans une certaine mesure, même de la justifier. Tout d'abord, Bembo 
était encore l'humaniste, le courtisan qui avait vécu ses meilleures années entre le faste des 
joyeuses et badines cours, et il avait pris une part non négligeable lors du pontificat du pape Léon 
X, à ce qui fut nommé, avec raison, la bruyante bacchanale des arts et de l'esprit païen. L'avis que 
Bembo a si crûment exprimé sur la papauté d'Adrien VI, la réaction la plus étrange et inattendue 
relative à celle de son prédécesseur, se retrouve aussi dans la majorité des écrivains, des artistes, 
des esprits cultivés de cette époque, ainsi que dans la population de Rome et de l'Italie. 

Avant d'être un religieux, Bembo fut un humaniste et c'est dans cet esprit qu'il regardait le 
pontificat de Léon X. 

Dans l'ouvrage intitulé Notae in Jacobi Gaffarelli Curiositates (23), on peut lire qu'un jour, 
Bembo ayant été informé que Sadolet allait écrire un commentaire concernant l'épître aux Romains, 
il lui aurait dit : "Omitte has nugas ; non enim décent gravem virum taies ineptiae", c'est-à-dire 
"Oubliez ces bêtises ; elles conviennent mal à un homme sérieux". 

Les l nugae' (le sens premier du latin nux est : noix) de Bembo sont en parfaite harmonie 
avec les 'nugae de Christo' de Léon X à propos de l'anecdote rapportée par Lubbertus. 

Ecoutons encore Vittorio Cian concernant les relations entre Bembo et les savants de 
l'époque 15 : 

Parmi les nombreux lettrés avec lesquels Bembo eut, en particulier pendant ces années, une longue 
familiarité de lettres et d'amitié, ou plus exactement dans ce qu 'on appelle la 'sodalitas literaria ' 
qui ne se développa guère davantage qu'à la Renaissance, il y eut de nobles figures d'humanistes 
étrangers qui eurent un rôle très important dans le mouvement religieux et philosophique de cette 
époque : tout d'abord Erasme connu par Bembo pendant son séjour à Rome, et ensuite Agricola, 
Budé, Longolio que nous avons déjà cités avec le célèbre Mélanchthon. Sans vouloir détailler la 
question concernant la véritable attitude prise par Bembo au sujet du mouvement religieux de son 
temps, nous nous contentons de remarquer l'importance de ses liens et de rappeler ce que nous 
avons déjà dit auparavant, c'est-à-dire que ses relations avaient essentiellement un caractère 
littéraire et procédaient d'une tradition commune des études et de la culture. 

1 fi 

Cesare Cantu s'exprimait ainsi : 

Tandis qu'en Allemagne, il fut le parti des princes, en France le parti des nobles, en Italie il fut 
principalement le parti des lettrés. Après que la protestation fut émise en Allemagne, l'enviable 
réputation des savants italiens fit que les innovateurs à l'étranger sollicitèrent leur appui, et 
cherchèrent à diffuser leurs écrits ici où la vivacité de l'intelligence des nôtres était envahie par les 
nouveaux sermons. Certains de nos érudits étaient en correspondance avec les savants allemands, 
tels les cardinaux Bembo et Sadolet avec le savant Mélanchthon, le premier apôtre de Luther, 
aimant la paix et la médiation, mais sans initiative. 

Abordons maintenant l'élément fondamental de notre analyse. 

Vittorio Cian nous parle d'une tradition commune d'études et de culture qui aurait justifié 
ces relations intenses, épistolaires en particulier entre catholiques et protestants. C'est certainement 
vrai, mais il y a plus que cela. 



15 (16,p.l22) 

16 (15, vol.l, p.389) 



Jusqu'à la Diète de Ratisbonne en 1541 et avant la rupture sanctionnée par le Concile de 
Trente, les partis modérés des deux côtés (catholique et protestant) essayèrent de négocier un 
accord. 

Chez les catholiques modérés et disposés à réformer l'Église catholique, il y avait justement 
Bembo et Sadolet, tandis que chez les protestants, Philippe Melanchthon était considéré non 
seulement comme un grand savant, mais aussi comme un homme calme et prêt à dialoguer. 

Mais est-il plausible que dans une de ses lettres, Bembo (ou peut-être Sadolet) puisse avoir 
relaté à Melanchthon l'anecdote de Léon X ? 

La réponse à cette question, ne peut être que négative. 

Les deux cardinaux n'auraient jamais écrit à Melanchthon une telle histoire. Et si c'était le 
cas, dans quel but ? 

Déjà Sadolet, dans une lettre 17 datée du 15 juillet 1537, avait écrit à Melanchthon, convaincu 
de la possibilité d'un dialogue entre les églises chrétiennes et désireuses d'implanter une relation 
avec les plus disposés des réformateurs luthériens et catholiques. La lettre avait un ton très laudatif 
envers Melanchthon, elle débutait avec : Dilectissimo tanquam fratri, Ph. Melanchtoni sacrarum 
litterarum Professori et terminait avec une mielleuse : Vale mi doctissime Melanchthon, et nos tui 
amantissimos dilige. 

Melanchthon fit connaître cette lettre à ses amis les plus fidèles. 18 

Luther lui-même apprit la chose et en parla dans le Colloquia Mensaîis 19 en ces termes : 

Sadolet, un homme très adroit et savant, qui avait été quinze ans le secrétaire du Pape, écrit dans la 
manière la plus courtoise à Philippe Melanchthon, mais en exagérant sournoisement, 
conformément à la manière italienne. 

C'en fut assez parce que la lettre fût rapidement dénoncée par les milieux les plus 
conservateurs du Vatican comme un véritable acte de trahison et Sadolet dut se défendre 
vigoureusement de l'accusation d'être passé de l'autre côté. 

Ceci juste pour se rendre compte combien il est peu probable qu'une anecdote comme celle 
de Léon X soit apparue dans la correspondance entre Bembo ou Sadolet et Melanchthon, sans que 
l'événement ne fût rapidement connu par tout le monde. Bembo ne pouvait rapporter cette histoire 
qu'exclusivement par voie orale à une personne liée par des affinités littéraires, mais en même 
temps religieusement de l'autre bord, un humaniste protestant aussi lié à Philippe Melanchthon. 

Georgius Sabinus est notre deus ex machina. 

Sabinus, né en 1508, poursuit ses études à Wittenberg où il fut bientôt apprécié par 
Melanchthon en vertu de son talent littéraire assurément hors du commun. L'estime de Melanchthon 
pour Sabinus était si grande qu'en 1536, il lui donna en mariage sa fille bien-aimée Anna 20 . 
Néanmoins l'amitié entre les deux hommes ne s'estompa pas après la mort prématurée d'Anna en 
1545 et ce fut probablement le plus grand malheur qui bouleversa la vie de Philippe Melanchthon. 

Cependant avant le mariage, en 1533, Sabinus voulut visiter l'Italie et c'est à cette époque 
qu'il rencontra les plus grands humanistes de l'époque, y compris Pietro Bembo avec qui il se lia 
d'une grande amitié ; il lui dédia même de nombreuses carmina. Bembo appréciait grandement 
Sabinus pour son latin ainsi que pour le rôle qu'il joua dans la tentative de recomposer le monde 
chrétien jusqu'à la Diète de Ratisbonne comme en témoignent ses lettres allant de 1533 à 1545 21 . 



17 (14, pp.170-173) 

(13) Ep. à Vito Theodoro, 1537: Mitto tibi exemplum epistolae Sadoleti, quam nuper adeo ad me missit, quam non 
ostendes, nisifidis amicis. Nam spargi in vulgos nolo. Est venustissime scripta et cautissime. 
19 (27,vol.2, p.159) 

20 Voir (24, p.325) 

21 Voir (17, p.217) 



Il est aisé d'imaginer que pendant son séjour chez lui, Sabinus entendit, de Bembo lui-même, 
les nombreuses anecdotes concernant le vénitien et qui circulaient encore les années suivantes, en 
particulier dans les milieux protestants, y compris la plus importante concernant l'histoire de Léon 
X et la fable du Christ. En revanche, on ne peut croire que ces anecdotes ne soient pas parvenues 
aux oreilles de Melanchthon, beau père de Sabinus. L'humaniste allemand pouvait indiscutablement 
compter sur la discrétion de Melanchthon et pourtant, comme il semble, Luther lui-même vint à 
connaître cette histoire 22 . 

Quant au rôle délicat joué par Sabinus au cours de ces années-là (la Diète de Ratisbonne), 
les raisons pour lesquelles, non seulement la source, mais les anecdotes elles-mêmes ont commencé 
à circuler seulement après la mort de Bembo en 1547, sont évidentes. 

Que les choses se soient déroulées ainsi, à savoir que cette 'fuite' concernant divers épisodes 
de la vie de Bembo fut l'œuvre de Sabinus nous est confirmé par une autre anecdote ayant pour 
protagonistes Sabinus et Bembo ; elle nous est contée par Melchior Adam 23 en 1620. 

Dans cette histoire, nous lisons que Melanchthon envoya Sabinus chez Bembo avec une 
lettre de présentation et l'humaniste vénitien invita Sabinus à dîner chez lui. Pendant le banquet, il 
questionna Sabinus avec trois interrogations, à savoir : quel était le salaire de Melanchthon, quel 
était le nombre de ses auditeurs et enfin, quelle était sa pensée au regard de la vie éternelle et de la 
résurrection des morts. 

A la première question, il répondit que Melanchthon recevait 300 florins par an. A cela, 
Bembo s'écria "Oh ingrate Allemagne, payer si peu un si grand homme." Sabinus répondit à la 
deuxième question en affirmant que Melanchthon comptait habituellement 1500 auditeurs. Bembo 
répliqua : "Je ne peux pas croire cela, je ne connais pas d'université de l'Europe, en dehors de Paris, 
où un enseignant a tant d'étudiants." Melanchthon avait bel et bien souvent jusqu'à 2500 auditeurs. 
Sabinus éluda la troisième question en disant que d'après les ouvrages de Melanchthon, il était clair 
qu'il croyait dans les deux articles. De là la choquante réponse de Bembo: "Haberem virum 
prudentem, si hoc non crederet." 

Une fois de plus nous voyons Bembo exprimer une opinion qui n'est pas sans rappeler celle 
de son bien-aimé pape. . . 

Or, qui d'autre si non le même Sabinus a pu divulguer cette histoire ? 



22 Voir infra (33). Les papistes considèrent le Christ comme une fable. La phrase est élusive. Il n'y a pas de référence à 
Léon X ou à Bembo. Mais Luther mourut en 1546, avant Bembo (1547). Il se peut que Luther, connaissant l'anecdote 
par Melanchthon, ne voulut pas trahir sa source, sans toutefois perdre l'occasion de dénigrer les papistes. 

23 (1, p.360) 

10 



Une possible transmission de l'épigramme sur la 'fable du Christ' 



(1513-1521) 
Léon X — Pietro Bembo 



(1533-1535) 
Georgius Subi nus 



Philippe Melanchthoii 

O Bembe, nescis, quanta illa fabula de Christo nobis profuerit? 



(1543-1545) 

John Baie (Stephanus Kis ?) 

Quantum nobis ac nostro coetm profuerit ea de 
Christo fabula, satis est seculis omnibus notum 



(avant 1546) 

Martin Luther 

Papistas Christum pro fabula habere 



Sibrandus Lubbertus 




2) Erasme et la fable 

La phrase de Léon X sur la fable du Christ s'intègre dans un important contexte de 
controverses religieuses qui eurent pour pôle central le malentendu auquel cette expression allait 
inévitablement se prêter, à une époque où le bûcher était le prix à payer pour ceux qui décidaient 
d'exprimer librement leurs opinions sur le christianisme. 

Les polémiques culminèrent dans les années qui suivirent immédiatement la mort de Léon X 
et le protagoniste fut le plus grand humaniste du XVI e siècle : Érasme de Rotterdam. 

Tout d'abord, il faut comprendre ce que Léon X et les savants du XVI e s. auraient pu 
entendre à propos de la choquante expression 'fabula de christo'. 

Il y a un passage dans l'œuvre monumentale d'Erasme Adagiorum Chiliades quatuor qui ne 
peut manquer de nous surprendre. Il s'agit d'un adage inclus dans l'édition de 1515 de l'ouvrage 
(Edition Froben) et qui sera ultérieurement publié sous la forme du libellé : Dulce Bellum 
inexpertis, 'La guerre paraît douce à ceux qui n'en ont pas l'expérience'. Composé entre 1514 et 
1515, peu après la fin de la décennie belligérante du pape Jules II, l'ouvrage s'adressait tout 



11 



particulièrement au nouveau pape, Léon X, sur qui reposaient les espoirs d'Erasme pour une 
nouvelle ère de paix et de réconciliation. 

Voilà le très érudit Léon X, exalté comme un nouveau Salomon, 24 inspiré par les Muses. 
Erasme lui chante des louanges comme ailleurs dans ses œuvres : le pape humaniste qu'il avait 
connu et avec qui, il s'était lié d'amitié pendant son séjour à Rome en 1508. Mais à un moment 
donné dans l'adage, Érasme pose au lecteur des questions rhétoriques singulières spécialement à la 
lumière de ce que nous savons de la célèbre anecdote. 

Si fabula est Christus, cur non explodimus ingénue ? Cur illius titulo gloriamur ? Sin is vere est et 
via et veritas et vita, cur omnes nostrae rationes ab hoc exemplari tantopere dissident ? 

Si le Christ est une fable, pourquoi ne la rejetons-nous pas ouvertement ? Pourquoi sommes-nous 
fiers de ce nom ? Mais si le Christ est le chemin, la vérité et la vie, pourquoi tous nos 
comportements s'écartent-ils ainsi de ce grand exemple ? 

Le soupçon est que dans le passage en question, Erasme est en train d'employer cette 
technique qui lui était si chère et qu'il utilisera avec beaucoup de profit, surtout après la mort du 
pape Léon X, dans les controverses contre ses adversaires : la dissimulatio '. 

James Tracy 25 note à ce propos : 

Dissimulatio était le terme utilisé par Erasme pour ce qu'on pourrait appeler une tactique 
stratégique, à savoir s 'abstenir de déclarer des vues qui seraient susceptibles de provoquer une 
querelle, mais sans démentir la véritable opinion. 

Erasme évidemment concluait que dans l'auto-défense, il devait également adopter une pratique 
consistant à dire des choses entre les lignes, de sorte que seules les personnes adroites auraient pu 
afférer en son sens : ainsi l'idéal de sincérité dans l'écriture cédait le pas en pratique à ce qu'il 
appelait 'dissimulatio '. Comme indiqué plus haut dans le chapitre 9, 'dissimulatio ', pour Erasme 
signifiait dire moins que toute la vérité, surtout quand le public visé n'était pas prêt à recevoir ou à 
bénéficier de toute la vérité. 

Seules certaines personnes peuvent comprendre et peut être parmi elles, Léon X lui-même, 
mentionné ensuite dans l'adage. Quelle est donc la vérité qui se cache entre les lignes ? 

Si le Christ est une fable, pourquoi ne la rejetons-nous pas ouvertement ? 

La réponse prédéterminée, implicite, était que comme le Christ n'était pas une fable, il n'y 
avait aucune raison de la rejeter. Cela était, pour ainsi dire, la réponse pour le peuple, pour le public 
qui "n'était pas prêt à recevoir ou à bénéficier de toute la vérité", mais que se cache-t-il sous 
l'écorce? 

Avant d'essayer de répondre à cette question, il est utile d'analyser de plus prés les raisons 
pour lesquelles Erasme fut en fait contraint d'utiliser cet outil littéraire, la 'dissimulatio ', dans ses 
œuvres. La raison première fut bien sûr de se protéger, en particulier après la publication de l'Éloge 



24 Voir également la lettre d'Erasme à Léon X du 21 mai 1515 (2, 335): Denique ut pro tempore necessaria fuerit Iulii 
severitas, certe magis salutaris fuit Leonis mansuetudo, multoque propius ad eius accedens exempla cuius locum inter 
mortales occupât Romanus Pontifex; nempe Salomonis illius pacifici, qui sua concordia coelum pariter ac terrant 
conciliât atque conglutinat, qui tolerantia vicit, non copiis, qui moriendo triumphavit, quique non aliorum sanguine sibi 
vindicavit imperio, sed suo sanguine nobis regnum coeleste comparavit. 
25 (32, p.177) 

12 



de la Folie, terrible satire du monachisme qu'Erasme publia en 1511 et qui lui causa tant d'attaques 
du coté catholique même pendant le pontificat de son protecteur Léon X. Il suffit de mentionner à 
ce propos les invectives que le prêtre espagnol Stunica adressa d'abord dans des lettres privées à 
Léon X , puis dans son ouvrage Erasmi Roterdami blasphemiae et impietates, qui resta inédit en 
raison de l'interdiction imposée par la Curie romaine 27 . 

Stefano Cavallotto (20) relate ainsi les faits : 

Stunica rapprochait Erasme de Luther: à son avis, il était tout à fait clair que l'humaniste 
hollandais fût à l'origine de l'hérésie luthérienne et il était donc nécessaire, avant d'attaquer la 
maladie protestante, d'en éradiquer impitoyablement la cause. Avec ses écrits en effet, Erasme 
avait ravivé les anciennes erreurs, inventé de nouvelles, raillé les chrétiens, calomnié l Eglise, 
persécuté les moines, maltraité les prêtres, blâmé les évêques et lancé des invectives d 'une manière 
farouche et méchante contre les mêmes pontifes et il avait soutenu et propagé une série de 
déclarations pernicieuses et téméraires, impies et blasphématoires en conflit direct avec les dogmes 
de VEglise. Parmi les ouvrages érasmiens, Stunica mentionnait explicitement l'Éloge, stigmatisé 
comme étant le plus mauvais et répréhensible de tous. 

Le théologien espagnol déplorait non seulement cette quintessence de toute la méchanceté 
érasmienne qu'était à son avis, l'Éloge ayant été propagée partout (jusqu'en 1521 furent 
enregistrées pas moins de 21 éditions), mais aussi le fait que son auteur y avait vomi tout ce qui 
d'horrible et méchant se tapissait dans son esprit depuis longtemps, se cachant sournoisement 
derrière le masque de la folie et assaisonnant méchamment ses nombreuses malices avec des 
éléments de séduction pour tromper le lecteur. 

En substance, soutenait Stunica, Erasme lui seul et à travers cet unique livre accablait toute 
l'orthodoxie chrétienne davantage encore que, réunis, les trois antichrétiens par excellence : Julien 
l'Apostat, le blasphémateur Porphyre et Celse l'épicurien. Il n 'y avait pas de doute alors, qu 'un 
ouvrage aussi nuisible que l'Éloge constituait un précieux soutien à l'hérétique Luther et à ses 
malheureux compagnons pour charger avec impudence le siège apostolique et pour l 'invectiver 
avec impiété et arrogance. Stunica concluait en invitant Léon X à mettre la main au bâton de 
l'excommunication et à écraser sans pitié la tête de ce cerbère en le réduisant au silence afin 
d'éviter que d'autres fussent entraînés dans l'abîme de ses impiétés et de ses blasphèmes. 

De toute évidence, le masque de la folie était encore un expédient assez dangereux pour 
cacher ses propres idées. 

Quelle fut la réaction de Léon X aux épîtres du prêtre espagnol ? 

Le pape non seulement ignora les lettres de Stunica, mais lui interdit aussi de publier quoi 
que ce soit qui pourrait nuire à l'humaniste hollandais, de sorte que le 'Blasphemiae et impietates' 
resta inédit. 

En effet, la réaction du pontife à la lecture de l'Éloge de la Folie fut très différente de celle 
souhaitée par Stunica ainsi que l'a rapporté Erasme lui-même dans une lettre à Bergis datée de 
1517 28 : 



26 De Jonge en Four unpublished letters on Erasmus from J.L. Stunica to pope Léon X (1520) in Massaut (28) 

27 Le manuscrit est préservé à la Bibliothèque Nationale Vittorio Emanuele III, Fondo Principale, MS. VII B 41, fos. 1- 
119. 

28 (2, 739 -Antonio de Bergis, 1517) 

13 



Postremo opus hoc, qualecumque est, placet eruditis totius orbis omnibus, placet episcopis, 
archiepiscopis, regibus, cardinalibus, atque ipsi Leoni pontifiai maximo qui a capite usque ad 
calcem totum perlegit. 

Enfin cet ouvrage, de toute façon, est aimé par tous les savants du monde, par les évêques, les 
archevêques, les rois, les cardinaux et par Léon lui-même, pontife suprême, qui l'a étudié avec soin 
du début jusqu 'à la fin. 

Pourquoi Erasme aurait-il du courir autant de risques? Quel était le but final de la 
' dissimulatio ? 

L'humaniste Érasme avait pour objectif de dévoiler ses véritables opinions concernant la 
religion aux savants dont il savait qu'ils partageaient ses positions et même de les suggérer à ceux 
qui savaient lire entre les lignes et qui étaient en mesure d'enlever l'écorce qui recouvrait ses 
œuvres (l'un d'entre eux fut certainement François Rabelais). 

Qu'aurait pensé le pape Léon X, s'il avait vraiment prononcé la fameuse phrase sur la fable 
du Christ, en trouvant si près de sa louange l'étonnante question d'Erasme ? 

Si le Christ est une fable, pourquoi ne la rejetons-nous pas ouvertement ? 

D'ailleurs les Adagia Chiliades quatuor n'est pas le seul ouvrage d'Erasme dans lequel on 
trouve une référence à la fable du Christ. Encore plus étonnant est un fragment de la Ratio Verae 
Theologiae publié en 1519, mais dont il y avait une version antérieure intitulée Methodus Verae 
Theologiae publiée en 1516 à laquelle nous nous reportons ci-dessous : 

Deinde admonendus, ut diligenter observet totum illum Christi circulum et orbem, quomodo natus, 
quomodo educatus, quomodo adoleverit... 

Ensuite, il faut prendre garde à bien observer tout ce cercle et monde du Christ, comment il naquit, 
comment il fut élevé, comment il grandit... 

Maintenant il est intéressant de noter comment Erasme modifia ce fragment dans la Ratio 
Verae Theologiae publié trois années plus tôt : 

Super haec non mediocrem adferet utilitatem, si diligenter evolventes libros utriusque testamenti, 
attente consideremus, mirabilem illum orbem et consensum totius Christi fabulae , ut ita loquar, 
quam nostra causa peregit, factus homo. 

En ce qui concerne ces choses, il peut être d'une grande utilité, à la lecture des livres des deux 
Testaments, d'examiner avec soin ce merveilleux cercle et l'harmonie de toute la fable du Christ, 
comme on dit, que celui qui fut fait homme accomplit pour notre cause. 

En comparant les deux passages, on peut remarquer comment dans la Ratio, Erasme ajoute 
certaines expressions significatives qui originellement ne figuraient pas dans le Methodus: 
premièrement, le 'totius Christi fabulae' .. . 'toute la fable du Christ', ut ita loquar dit Erasme, mais 
qui osait parler de cette manière en se référant au Christ ? 

Et encore la référence au Nouveau et à l'Ancien Testament qu'il faut lire attentivement en 
vue d'examiner toute la fable du Christ. 



29 Très intéressant le commentaire de Salomo Selner dans l'édition de 1782 : Libérait sana significatione utitur isto 
nomine 'fabulae': quo vel in Italia scimus quosdam per proterviam olim abusos fuisse. 

14 



Erasme en utilisant un tel langage paraissait jouer avec les mots, mais il ne pouvait pas 
ignorer qu'il était en train de jouer avec le feu. Seulement quelques années plus tôt, en 1512, son 
compatriote Hermann Ruiswich avait été condamné au bûcher et brûlé vif {vivicomborium) à La 
Haye. Selon Duplessy 30 , "il considérait comme une 'fabula' la foi chrétienne au même titre que les 
livres de l'Ancien Testament et l'Evangile de la Nouvelle Loi". Ses écrits furent brûlés par ordre de 
justice. 

Comme l'a affirmé Daniel Sheerin 31 : "En utilisant le mot 'fabula', Erasme allait risquer le 
malentendu." 

En outre, la terminologie utilisée par Erasme dans le passage en question semble avoir été 
choisie avec soin et la métaphore astronomique apparaît dans toute son évidence aux yeux de 
l'initié. Ce cercle de la fable du Christ, que celui qui fut fait homme (par qui? par la plume du 
poète?) accomplit pour notre cause ne ressemble-t-il pas à l'espace que tous les jours le soleil 
parcourt dans le ciel en nous consentant la vie ? 

Pour en avoir confirmation, il peut être profitable de comparer les mots d'Erasme avec ceux 
utilisés par le moine cistercien Gunther de Pairis (vers 1150- vers 1220) dans son De Oratione 
Ieiunio et Elemosyne 32 qui fut publié en 1507 et que pouvait difficilement ignorer Erasme (ne fusse 
que pour une des rares références au Demogorgon qui se trouve dans cet ouvrage et qui fut 
largement décrit par Boccace dans son De Genealogia Deorum sur la base de la mystérieuse source 
qu'est Theodontius) : 



Arcum diei dicimus illam partem quotidiani circuli quam peragit sol in die, id est quamdiu positus 
est super lineam horizontis. 

Nous appelons arc du jour, cette partie du cercle quotidien que le soleil accomplit pendant la 
journée, à savoir jusqu'à ce qu'il soit positionné au-dessus de la ligne d'horizon. 

Voyons en détail les deux fragments : 



Gunther de Pairis 


Erasmus Roterdamianus 


Arcum diei illam partem quotidiani circuli 


Mirabilem illum orbem totius Christi fabulae 


quam peragit 


quam peregit 


sol in die 


factus homo nostra causa 



Gunther de Pairis 


Erasmus Roterdamianus 


Arc du ciel, cette partie du cercle quotidien 


Ce merveilleux cercle de toute la fable du Christ 


Qu'accomplit 


Qu'accomplit 


le soleil pendant la journée 


celui qui fut fait homme pour notre cause 



Celui qui fut fait homme pour notre cause n'était rien d'autre que le soleil qui parcourt son 
cercle dans la voûte du ciel, comme cela pouvait être déduit en lisant attentivement la fable 
évangélique. 

Etait-ce ceci qu'Erasme voulait affirmer ? 



'(18) 
(31) 
Livre VIII, chap.8 



15 



Après la mort de Léon X en décembre 1521, l'humaniste hollandais Erasme qui avait 
bénéficié de sa protection, vit croître le nombre d'invectives lancées contre lui par les orthodoxes 
qui décelaient à travers l'utilisation de la ' dissimulatio ' le sens caché de ses affirmations. Attaques 
qui souvent étaient liées à l'utilisation du mot 'fabula'. Une des plus importantes fut celle du 
théologien français Noël Beda 33 que Biethenholz (8) nous décrit en ces termes : 

Dans sa paraphrase de Marc 11,7 Erasme utilisait le terme 'fabula' en se référant à l'entrée du 

Christ, à Jérusalem, monté sur un ânon. 

"Les apôtres jouèrent un rôle de soutien dans cette action [fabula], même s 'ils ne comprirent pas 

„ 34 

son sens. 

Fabula a ici clairement le sens neutre de 'scène ou action semblable à une pièce de théâtre'. Ce ne 
fut cependant pas comme cela que l'entendit Noël Beda, le critique d'Erasme à la Sorbonne. En 
découvrant son ignorance et sa malice, il prit Erasme aux mots. Beda concédait que 'fabula ' aurait 
pu être un terme anodin, mais citant maladroitement saint Augustin, il déduisait que ceci n 'était pas 
le cas. "Je dis qu'Erasme dans sa paraphrase sur le saint Evangile appelle de manière 
blasphématoire les mystères du Christ une 'fabula '. En d'autres termes, le Christ lui-même pourrait 
être dit un conteur de mensonges (fabulosus dici poterit) ". Erasme se justifia parfaitement en 
répondant que Beda imputait faussement le sens de 'fables' à 'raconter'. Fabula était une 
traduction appropriée pour le terme grec drama et d'autres, moins ignorants que Beda, auraient 
compris ce qu 'il fallait entendre ici. 

Beda avait été en effet inepte. Il était vrai qu 'Erasme avait souvent utilisé le terme fabula ' dans 
l'autre sens de 'conte fictif ou le disait Boccace , 'conte de vieilles femmes' et que quand il 
entendait 'action ', l'implication pourrait encore être péjorative. Beda lui-même avait censuré une 
telle déclaration. Erasme avait écrit : "Le moine sait comment accompagner la prise de vœux avec 
une parodie des rites sacrés et ils représentent si bien cette fabula ' que, parfois, le public se met à 

r ,,36 

pleurer. 

Si Beda dut faire valoir que fabula ' du Christ avait été conçu à la manière d'une raillerie comme 
dans le cas des moines, il aurait encore eu un argument bien qu 'invraisemblable. Bien qu 'Erasme 
ait continué à utiliser fabula' principalement dans le sens de mythe en contraste et par 
comparaison avec V'historia' , l'idée de représentation théâtrale ajoutait une dimension 
fascinante à la signification du terme. 

Un autre grand détracteur d'Erasme fut Alberto Pio, prince de Carpi, qui dénigrait 
l'humaniste hollandais auprès de la Curie romaine depuis 1524, l'accusant d'hérésie et déclarant 
qu'il n'était ni un philosophe ni un théologien et qu'il n'y avait guère un soupçon de doctrine en lui. 

Quin in hanc invidiam vocat Pius ille Carpensis, qui, ut scribunt, Romae in omnibus conventiculus, 



Annotationes , 1526. 
Adiuvant hanc fabulam Apostoli, nondum intelligentes quid egeretur. 

35 Erasme répondit avec deux ouvrages distincts publiés tous les deux en 1527 à Bâle : ' Supputationes errorum in 
censuris Bedae' et 'In Natalis Beddae censuras erroneas elenchus' où on peut lire : Atqui Lucae interpres a fabulandi 
verbo non aborre, et 'factum est dum fabularentur', cum Graece fit sv tco o/iiAetv, id est, inter colloquendum. An ideo 
fabula maie sonat, quia maie sonat fabulosus ? Bene sonat cerebrum, maie sonat cerebrosus. Nec hic voco fabulam 
narrationem, ut somniat Bedda, quam Graeci vocant ôpa/ia, sed actionem, quae variis personis agitur, quam Graeci 
vocant fivdoç, Latini iem fabulam, unde dicitur explosa fabula et commemoruntur Actus, Scenae, et Personae Fabulae. 
Non habebam aliam vocem Latinam, qua commodius eam rem explicarem, etiamsi Bedda non intellegit, périt Latini 
sermonis intelligent. 

36 In Paraphrases in universum novum testamentum continens: Norunt monachi suas professiones ceremoniis imitatiis 
commendare populo, et sic agunt hanc fabulam, ut nonnunquam erumpent lachrymae spectatoribus. 

De immensa dei misericordia (1524): Merito ridetis, prophane sunt fabulae, quas auditis, sed tamen erudite vetustas 
huiusmodi fabularum inolucris aliquid significare voluit, quod ad hominum mores exprimendos pertinet. 

16 



in omnibus conviviis depraedicat Erasmum nec esse philosophum nec theologum, nec quicquam 
omnino tenere solidae doctrinae. 

Le 10 octobre 1525, Erasme écrivit à Albert une lettre conciliante en affirmant son 
orthodoxie et en disant qu'il n'avait jamais essayé d'être un théologien ou un philosophe. Quant au 
fait qu'il soit à l'origine de la révolte de Luther, dès le début, il avait averti ses amis qu'il n'avait 
rien à voir avec ce mouvement. Il préférait être exposé aux attaques des deux côtés que de lever un 
seul doigt sur une faction qui n'était pas reconnue par l'Église romaine. Quant à l'accusation selon 
laquelle Luther avait été inspiré par ses livres, Luther lui-même le niait d'une manière absolue. 

"Sed occasionem Lutherus hausit e libris meis. Idfortifer negat ipse Lutherus. " 

Alberto répondit avec la 'Responsio paraenetica' qui rejoint Erasme pendant l'été 1526. Le 
prince de Carpi y répliqua l'accusation selon laquelle il avait été une source importante pour les 
idées de Luther, en indiquant notamment l'Éloge de la Folie et les Paraphrases. Aussi disait-il : 

Quel est le but d'employer des mots tout à fait inappropriés et profanes au regard des choses 
sacrées, comme lorsque vous dites ' fabula evangelii ' ? Quel fou, sans profit et préjudiciable 
affichage d'érudition ! 

Erasme ne répliqua pas aussitôt, il le fit seulement quand il apprit qu'Alberto était en train 
de publier son ouvrage. Il essaya de le convaincre de renoncer à ses intentions, mais en vain : le 
livre fut publié à Paris le 7 janvier 1529. Erasme répondit immédiatement avec sa perspicacité 
habituelle tout en appelant Alberto "clarissimus ac doctissimus" . Sa réponse fut publiée en mars 
1529 par Froben. 40 

Mais une calomnie encore plus grande est l'accusation d'utiliser l'expression 'evangelii fabula'. 
Une malédiction de ces démons qui mettent de tels mensonges dans vos oreilles qui mériteraient 
d'être occupé à de meilleurs contes. Qui a jamais lu 'evangelii fabula ' dans mes écrits ? Quel 
affichage d'érudition, c'est, après tout, si j'ai utilisé l'expression fabula' au lieu de 'l'exercice 
d'une action'? L'emphasis du terme était mon objectif, non pas sa nouveauté. Si j'avais connu un 
mot différent qui eût indiqué aussi bien ce que j'avais à l'esprit, j'aurais évité le terme fabula'. 
L'Evangile n'évite pas le verbe fabulari' (parler) et pourtant l'Eglise tout entière tremble parce 
que j'ai employé quelque part le mot fabula '. Jérôme n'a pas craint d'appeler l'histoire de Samson 
et Dalila une fabula '. En fait, le mot fabula ' est beaucoup plus souple, car il correspond à un mot 
grec, 'drama ', qui est l'exercice d'une action effectuée par différents caractères, chacun jouant son 
rôle, tout comme lorsqu 'on dit que Philemon a terminé la fabula ' de sa vie. Mais j'ai déjà répondu 
entièrement à la calomnie concernant la question fabula', à Beda ainsi qu'aux autres. De ce 
passage aussi, excellent monsieur, je conclus que manifestement vous n 'avez pas lu mes œuvres. 



38 (2, 1576) 

39 (2, 1634) 

Responsio ad epistolam Albertii Pii, Erasmus, 1529. Sed atrocious est quod dixerim evangelii fabulam. Maie sit istis 
diabolis, qui talia mendacia deferunt ad aures istas, dignas quae melioribus fabulis occupentur. Quis unquam legit in 
scriptis meis evangelii fabulam. Que tade eruditionis iactatio, si fabula dixipro negocii actione. Emphasis vocis captata 
est, no novitas. Si mihi suppe tisset alia vox, quae pariter repraesentasset quod aimo sentieba, abstinuissema fabule 
nomine. Evangelium non abstinet a fabulandi voce, et tota ecclesia nutat, quod alicubi fabulae nome usurparim: 
Hieronymus Dalilae et Sampsonis historia fabula dicere noveretur, sed loge mollius est fabule verbu, quu respodet 
Graecae voci, quae est bpa\ia, hoc est, actio negocii, quod diversis personis agitur, suas quaque partes implente. 
Veluti quu Philemon dicitur peregissevite fabulam. Sed ad fabule calumniam abunde respondi praeter alios Bedae. Ex 
hoc quoque loco vir eximie, coligo te plane nostra no legisse 

17 



Pourquoi pendant ces années, l'Eglise tremble-t-elle (tota ecclesia nutat) à la seule 
prononciation du mot 'fabula' à propos du Christ et de l'Évangile ? 

A propos de la question 'fabula', les attaques envers Erasme continuèrent même du côté 
protestant et Luther lui-même fit la sienne. Erasme répliqua à Luther dans la Purgatio adversus 
Epistolam non sobriam M.Lutheri de 1534 en proposant essentiellement les mêmes arguments que 
ceux déjà exposés à ses adversaires catholiques. Martin Luther dut être bien conscient de la 
véritable pensée d'Érasme sur la religion et surtout de sa duplicité amplement démontrée dans 
l'utilisation abondante de la 'dissimulatio ' dans plusieurs de ses œuvres et que lui-même avait tenté 
de mettre en évidence. 

Au début de 1533, Luther disait : "Le devoir d'un docteur, c'est d'éduquer et de lutter. 
Erasme ne fait ni l'un, ni l'autre. Il est un homme double." Et encore dans une lettre à Nicolaus von 
Amsdorf du 11 mars 1534 : 

At noster rex amphibolus sedet in throno amphibologiae securus et duplici contritione conterit nos 
stupidos christianos. 

Mais notre roi ambigu est solidement en place sur le trône de l'ambiguïté et il nous traite, bêtes 
chrétiens, avec mépris et fausse contrition. 

Et depuis 41 : 

Erasmus est anguilla. Niemand kan yhn ergreiffen denn Christus allein. Est vir duplex. 

Erasme est une anguille. Seul le Christ peut le saisir. Il est un homme double. 

L'humaniste de Rotterdam, malgré les dangers, ne cessait pas de dissimuler même dans les 
réponses publiées contre ses détracteurs en s'appuyant constamment sur les armes que son 
extraordinaire talent lui avait données. 

Presque toujours dans sa défense de l'utilisation du mot 'fabula' associée à des sujets sacrés, 
Erasme se référait à un passage de l'Evangile de Luc 24.15. 42 

Atqui Lucae interpres a fabulandi verbo non abhorret, et fàctum est dum fabularentur', cum 
Graecefit sv rœ opaAsiv, id est, inter colloquendum. 

En outre, le traducteur de Luc n'abhorre pas l'utilisation du mot 'fabula', et en fait il traduit 'il 
arriva pendant qu'ils discutaient', comme en grec il y a ev tco o/uûeiv, c'est à dire, pendant la 
discussion. 

Cette justification, Erasme ne l'avait pas inventée, mais il l'avait empruntée à une œuvre 
qu'il connaissait très bien et appréciait : la De genealogia deorum gentilium de Giovanni Boccace. 
Mentionner le 'fabularentur' de l'Evangile de Luc signifiait renvoyer celui qui savait lire entre les 
lignes à sa source. En effet, Erasme, dans son ouvrage pédagogique De ratione studii, publié en 
1511, recommanda l'étude du traité de la mythologie en 15 livres de Boccace considéré par lui 
comme étant un chef-d'œuvre. Boccace est mentionné comme le seul 'moderne' au milieu des 
auteurs anciens comme Pline, Macrobe, Homère, Hésiode, Eratosthène, Strabon et bien d'autres. 



£(10) 

In Natalis Beddae censuras erroneas elenchus. 



18 



Voilà ce que nous dit Erasme : 

Ediscenda et deorum genealogia, quitus undique refertae sunt fabulae : eam post Hesiodum 
foelicius quam pro suo saeculo tradidit Boccatius. 

Il faut aussi étudier la généalogie des dieux dans laquelle les fables sont décrites sous tous les 
aspects : Boccace nous l 'a transmise après Hésiode, plus élégamment qu 'on aurait pu s 'y attendre 
au cours du siècle où il vécut. 

Erasme nous dévoile d'où il tirait son concept de fables et d'une manière énigmatique, il 
fournit la clé pour comprendre ce que le lecteur doit entendre par 'fabula'. 

Dans la Généalogie des dieux, en particulier dans le chapitre XIV, Boccace, en se lançant 
contre les détracteurs des fables, commençait son discours par cet exemple si cher à Erasme. 

Fabula igitur ante alia a for faris honestam summit originem, et ab ea confabulatio, que nil aliud 
quam collocutio sonat ; quod satis per Lucam in Evangelio demonstratur, dum scribit de duobus 
discipulis post Christi passionem euntibus in castellum cui nomen Emaus, sic aiens : Et ipsi 
loquebantur ad invicem de his omnibus que acciderant, et factum est, cum fabularentur et secum 
quererent, et ipse Christus appropinquans ibat cum illis etc. Ex quo, si componere fabulas malum 
est, et colloqui malum erit ; quod concessisse stultissimum est! 

Tout d'abord, le mot fable' a une origine honorable par for faris', d'où le mot 'conversation' 
(confabulatio), ce qui signifie 'parler ensemble' (collocutio). Ceci est clairement illustré par Luc 
dans son Évangile où il parle des deux disciples qui, après la Passion, allèrent au village 
dEmmaûs. Il dit: "Et ils parlaient ensemble de toutes les choses qui s'étaient passées et pendant 
qu'ils parlaient et discutaient, Jésus s'approcha, et fit route avec eux." Par conséquent, si c'est un 
péché de composer des fables, c'est un péché aussi de converser, ce que seul le plus parfait imbécile 
pourrait admettre. 

Boccace poursuivait avec une longue digression sur les fables en les classant en quatre 
catégories. Parmi elles, seule la quatrième que Boccace appelle 'contes de vieilles femmes' n'avait 
rien à voir avec la vérité et était en fait en opposition avec P'historia'. Les trois autres avaient en 
commun d'avoir, chacune à des degrés divers, une certaine part de vérité sous la substance de 
l'histoire inventée. 

A propos de la seconde espèce des fables, Boccace affirmait : 

Si vero reprobetur secunda, omne fere sacrum Veteris Testamenti volumen veniet reprobandum 
(quod absit), cum eodem passu in eodem scripta cum editionibus poetarum videantur incedere. 

Si le deuxième type est à blâmer, alors presque tout le corps sacré de l'Ancien Testament serait à 
rejeter, Dieu nous en préserve, tandis que les écrits de l'Ancien Testament et les écrits des poètes 
paraissent marcher ensemble. 

En parlant ainsi, Boccace paraît affirmer que l'Ancien Testament pouvait effectivement être 
considéré pour une grande part comme une fable. Mais que dire au regard des Évangiles ? Boccace 
poursuivait : 

Si terciam, quod nequeunt, dixerunt esse damnandam, nil aliud erit quam eam sermonis speciem 
damnasse, qua sepissime usus est Christus Ihesus, dei filius, salvator noster, dum esset in carne, 
quamquam non eo, quo poète, vocabulo sacre vocitent lictere, quin imo vocavere parabola. 

19 



S'ils disent qu 'il faut blâmer le troisième type (ce qu 'ils ne peuvent faire), cela ne signifie pas autre 
chose que de condamner cette façon de parler selon laquelle Jésus-Christ lui-même, le fils de Dieu, 
notre Sauveur dans la chair, utilisa très souvent, bien que les Lettres sacrées ne la désignaient pas 
avec ce mot poétique, mais avec le mot 'parabole'. 

Boccace nous dit que, Jésus-Christ racontait souvent des fables. Comment ne pas penser 
alors aux accusations de Beda contre Erasme? 

Je dis qu 'Erasme dans sa paraphrase sur le saint Evangile appelle de manière blasphématoire les 
mystères du Christ, une 'fabula '. En d'autres termes, le Christ lui-même pourrait être dit un conteur 
de mensonges (fabulosus dici poterit) . 

Mais Boccace avait poussé son argumentation encore plus loin. Voila ce que nous trouvons 
dans le livre I du De Genealogia où, en parlant du sens caché des récits mythologiques, Boccace 
ose faire un rapprochement blasphématoire sous l'écorce des fables destinées à la masse : 
l'Ascension du Christ vers son Père céleste comparée à la montée au Ciel de Persée après 
regorgement de la Gorgone 43 . 

Praeterea posset et analogice dici per fabulam Christi ascensum ad patrem mundi principe 
superato figurari. 

En outre, on pourrait dire également que telle une fable, fut figurée l'ascension du Christ vers le 
Père, une fois battu le prince du monde. 

Ainsi, pendant que l'Eglise enflammait les bûchers pour imposer sa vérité, il fallait pour les 
savants aiguiser l'esprit pour la réfuter en se sauvant du feu. 



43 (7, Liber I, cap. III) 



20 



■U I Aft- Al.ftKR'l O L-v U> KC'AU , 
■. |\ ^ V. HT I^IK.^-DELISIA T.V 



't'jiMKrEïi"rn--fA-iïr i !-.'■, ■■■. 
mata- v(£k:; 




Portrait d'Erasme de Rotterdam 

Albrecht Durer, 

Musée départemental Dobrée, 

Conseil général de Loire-Atlantique 

Nantes 



21 



Bibliographie 



1. ADAM, M., Vitae Germanorum Theologorum, Francfort, 1653. 

2. ALLEN, P.S., Opus Epistolarum Des. Erasmi Roterodami, Oxford, 1910. 

3. ALSTED, J.H., Scientiarum omnium encyclopaedia, Lyon, 1649 

4. BAYLE, P., Dictionnaire historique et critique, vol. 9, Rotterdam, 1697. 

5. BALE, J., Scriptorum illustrium maioris Brytanniae, Bâle, 1557. 

6. BALE, J., Acta Romanorum Pontifîcum, Bâle, 1558. 

7. BIANCHI-GIOVINI, A., // diario di Burcardo quadro dei costumi délia corte di Roma, 
Florence, 1861. 

8. BIETENHOLZ, P. G., Historia and fabula : myths and legends in historical thought from 
antiquity to the modem âge, Leiden, 1994. 

9. BOCCACCIO, G., Genealogia Ioannis Boccatii cum demonstrationibus in formis arborum 
designatis, Venise, 1511. 

10. BOHLAUS NACHFOLGER, H., M. Luthers Werke, Kritische Gesamtausgabe, Tischreden, 
Weimar, 1912. 

11. BOTTA, C, Storia dei popoli italiani : dall'anno 300 dell'era volgare sino all'anno 1789, 
Livourne, 1826. 

12. BRETSCHNEIDER, K.G., Philippi Melanthonis Opéra quae supersunt omnia, vol.XX, 
Brunswick, 1854. 

13. BRETSCHNEIDER, K.G., Philippi Melanthonis Opéra quae supersunt omnia, Epistolarum 
Libri VII-VIII vol.III, Halle, 1836. 

14. CAMERARIUS, J., De Philippi Melanchtonis vita narratio, Halle, 1777. 

15. CANTU', C, Gli eretici di Italia, discorsi storici, Turin, 1865. 

16. CIAN, V., Un decennio délia vita di Pietro Bembo (1521-1531), Turin,1885. 

17. DANZI, M., La biblioteca dei cardinal Pietro Bembo, Genève, 2005. 

18. DUPLESSIS, C, Collectio judiciorum de novis erroribus, Paris, 1728. 

19. ERASMUS, D., Adagiorum Chiliades quatuor, Paris, 1558. 

20. ERASMUS, D., Elogio délia Follia. Corrispondenza Dorp-Erasmo-Moro, Milan, 2004. 

21. HARRIS, J.W., John Baie, a study in the minor literature ofthe Reformation, Urbana, 1940. 

22. KIS, S., Spéculum Pontifîcum Romanorum, Bâle, 1584. 

23. KNOWLES, E., What they didn 't say, a book of misquotation, Oxford, 2006. 

24. LANCETTI, V., Memorie intorno ai poeti lauréate d'ogni tempo e d'ogni nazione, Milan, 
1839. 

25. LEDDERHOSE, K.F., The life of Philip Melanchthon, Philadelphie, 1855. 

26. LUBBERTUS, S., De papa romano libri decem, Franeker,1594. 

27. LUTHER, M., Colloquia Mensalia, Londres, 1840. 

28. MASSAUT, J.P., Colloque Érasmien de Liège, Liège, 1987. 

29. MICHAELIS, G., Notae in Jacobi Gaffàrelli Curiositates, Hambourg, 1676. 

30. SCHAFF, P., The New Schaff-Herzog Encyclopedia of Religious Knowledge, New- York, 
1910. 

31. SHEERIN, D., Controversies, Toronto, 2005. 

32. TRACY, J. D., Erasmus ofthe Low Countries, Londres, 1996. 

33. WINDECK, J.P., Controversiae de mortis Christi effïcacia inter Catholicos et Calvinistas, 
Cologne, 1603. 



22